Les enfants doivent jouer dehors : c’est primordial

Les enfants doivent jouer dehors : c’est primordial

jouer dehors

Chacune des quatre saisons est une invitation à sortir de la maison pour jouer dehors et partir à la découverte du monde. Au contact de la nature, les enfants s’enrichissent de mille expériences favorables à leur développement. Qu’en a-t-il été dans votre enfance ? Testez votre mémoire avec notre sondage sur « les 50 activités d’extérieur importantes à faire avant 12 ans ».

Jouer dans le sable ou la terre, manipuler la neige, apprivoiser l’eau, monter sur des rochers grimper aux arbres ; il existe tellement de choses attirantes à l’extérieur propices au jeu. C’est aussi pour les enfants, la possibilité de découvrir les animaux, les insectes et les végétaux présents dans leur environnement. Autant d’aventures très formatrices, dont on se souvient presque en détail toute sa vie durant.

Jouer dans la nature stimule l’imagination et l’empathie

C’est que la nature fait du bien aux enfants, et que cela ne date pas d’hier. A son contact l’imagination et la motricité sont sollicitées. C’est aussi un formidable environnement pour apprendre à repousser ses limites. Bien sûr en milieu urbain, l’environnement extérieur immédiat n’a rien de très naturel. Mais tout de même, dès qu’on se trouve à l’extérieur de l’enceinte du logement familial, une multitude de découvertes sont à faire.

Été comme hiver


 jouer dehors

Été comme hiver les enfants doivent jouer dehors. Il n’y a aucune contre-indication. On apprend à l’occasion, à adapter sa tenue vestimentaire à la météo. Si nécessaire on commence à protéger sa peau contre le soleil. Finalement, seules des conditions météorologiques extrêmes interdisent de sortir. D’ailleurs, selon la Société canadienne de pédiatrie :

Un enfant ne doit pas jouer dehors si la température ou le facteur vent est à – 25 °C ou moins.

… ça laisse de la marge et finalement : quand il fait froid, les deux éléments importants sont d’être bien couvert et de bouger.

Ce qu’apportent les jeux à l’extérieur


Aller jouer dehors permet à votre enfant de se dépenser physiquement et d’évacuer son énergie, ce dont il a grand besoin. Car bouger stimule l’appétit des enfants, leur sommeil, leur concentration et leur capacité d’apprentissage.

D’autre part :  courir, sauter, monter, lancer, tomber, trouver, s’interroger… c’est l’essence de la vie. Jouer dehors contribue grandement au développement psychomoteur de l’enfant, c’est même primordial.

Pas sans sécurité


Ce n’est jamais simple de trouver le juste milieu,  entre la sécurité nécessaire et la liberté de mouvement… nécessaire également! C’est bien là toute la difficulté – et l’intérêt – d’être parent : il faut faire des choix. Le bon sens et l’expérience, l’amour et la bienveillance sont les meilleurs conseillers. A tous les âges, on peut expliquer à son enfant pourquoi on pose tel cadre pour telle activité.

Ce cadre peut être discuté, voire négocié avec votre enfant, ce qui facilitera son acceptation et donc sa mise en place. Mais de fait, il s’impose. Ne vous dédouanez pas de votre rôle de surveillance une fois que le cadre est en place. C’est un outil utile certes, mais qui ne se suffit pas à lui-même.

Plus de jeu à l’extérieur et moins de console vidéo


jouer dehors

Attention pas de stigmatisation, mais soyons attentifs. Oui les jeux vidéo comme les jeux d’extérieur ont des éléments intéressants à apporter à l’enfant.

Toutefois, on ne peut que constater que de nos jours les écrans vidéo ont pris une place importante et même trop importante dans la vie de certains enfants.

Une heure passée à jouer dehors : c’est une heure de moins devant la console et l’écran.

Petite astuce : vous pouvez faire de la répartition des temps de jeux extérieur/intérieur, une base de négociation. Accordez-vous ensemble, sur ce point.

Les 50 activités qu’un enfant devrait faire avant 12 ans


Nous vous avons concocté ce petit sondage. Il reprend une liste de 50 activités importantes de l’enfance, extrait de happi.kids, le hors série n.3 de happinez magasine. Le but de ce sondage est plus ludique que scientifique. Toutefois au regard des résultats (anonymes), peut-être que certains éléments de réponse peuvent nous apporter des informations sur diverses questions, comme par exemple :

  • Y a-t-il une ou plusieurs activités que tout le monde a faite ?
  • A l’inverse, quelles sont les activités les moins pratiquées ?
  • Quelles questions ont remporté le plus de : « je ne sais plus » ?

Laissez-vous guider par le questionnaire, il vous ramène tout droit dans les rochers, sous la neige ou encore à la chasse aux papillons…

Consultez les résultats commentés du sondage : Les résultats du sondage sur les 50 activités de l’enfance

Pour aller plus loin : Lisez happi.kids, le hors série n.3 du magazine

Invitez vos amis à répondre à ce sondage, partagez-le :

Publicités